Aliments cuits vs aliments crus


Ayurveda propose de suivre dix principes pour avoir une alimentation saine et pour savoir comment s’alimenter 

La nourriture doit être chaude (habituellement cuite).

La nourriture doit être goûteuse et facile à digérer.

La nourriture doit être mangée dans des proportions correctes, ni trop ni trop peu.

La nourriture doit être ingérée dans un estomac vide, quand le dernier repas a été digéré, et pas avant.

Les aliments doivent travailler ensemble et non pas avoir une action contradictoire les uns avec les autres.

Les aliments doivent être mangés dans un environnement plaisant avec l’équipement adapté pour les apprécier.

Manger ne peut pas se faire dans la précipitation.

Manger ne doit pas vous arracher à vos affaires non plus.

Il est bon de se concentrer sur ce que vous mangez pendant le repas.

Ne mangez que des aliments nourrissants pour votre constitution propre, et qui conviennent à votre tempérament mental et émotionnel.

Tout d’abord, c’est l’importance que (la majorité) de notre nourriture a été cuite. Voici une etude moderne de Harvard University, qui contribue à ce point de vue :

« The energetic significance of cooking »  (link)

« Bien que la cuisson ait longtemps été discutée pour améliorer le régime alimentaire, la nature de l’amélioration n’a pas été bien définie. En conséquence, la signification évolutive de la cuisine a été diversement proposée comme étant substantielle ou relativement triviale. 

Dans cet article, nous évaluons l’hypothèse qu’un effet important et constant de la cuisson des aliments est une augmentation de sa valeur énergétique nette. Les voies par lesquelles la cuisson influence la valeur énergétique nette diffèrent pour l’amidon, les protéines et les lipides, et nous considérons donc les aliments d’origine végétale et animale. 

Les preuves de performances physiologiques compromises chez les individus sous régimes bruts confortent l’hypothèse selon laquelle les régimes cuits ont tendance à fournir de l’énergie. Les mécanismes contribuant à la récupération d’énergie tirée de la cuisson comprennent :

une digestibilité accrue de l’amidon et des protéines,

une réduction des coûts de digestion de la viande cuite par rapport à de la viande crue et

une réduction des coûts énergétiques de la désintoxication et de la défense contre les agents pathogènes.

Si la cuisson améliore constamment la valeur énergétique des aliments grâce à de tels mécanismes, son impact évolutif dépend en partie des avantages énergétiques relatifs des méthodes de traitement non thermiques utilisées avant la cuisson. 

Nous suggérons que si des méthodes de traitement non thermiques telles que le pilonnage étaient utilisées par les Homo du Paléolithique inférieur, elles fourniraient probablement une augmentation importante du gain en énergie par rapport aux régimes crus non transformés. Cependant, la cuisson a des effets critiques difficilement réalisables par un traitement non thermique, notamment la gélatinisation relativement complète de l’amidon, la dénaturation efficace des protéines et la destruction des agents pathogènes d’origine alimentaire. Cela signifie que, quelles que soient les méthodes de traitement non thermiques sophistiquées, la cuisson aurait conféré des avantages énergétiques supplémentaires. 

Bien que beaucoup reste à découvrir, nous concluons que l’adoption de la cuisson aurait entraîné une augmentation importante de la disponibilité en énergie. Pour cette raison, nous prédisons que la cuisine a eu une importance évolutive. »

EN PLUS

Regime de nourriture crue a long terme et l’Ayurveda (lien publique)

#blog #nutrition

  • Facebook
  • Instagram

PARTAGEANT L'AYURVÉDA DEPUIS 2003

Lieu-dit Gardoussel et Laquet, 30940 St Andre de Valborgne, France

 

tel : 09 64 28 32 71 / 06 43 06 24 22

 

Copyright © 2011-2020   Alex Duncan | SIRET 45227817900026