Alzheimer’s (et maladies neurodégénératives)

Ces notes combinent des idées modernes avec des notions occasionnelles ayurvédiques.


Point de vue actuel (non-Ayurvédique)


« La maladie d’Alzheimer est une démence neurodégénérative qui touche près de 50 millions de personnes dans le monde et constitue une source majeure de morbidité, de mortalité et de dépenses de santé. 


Bien que de nombreuses tentatives aient été menées pour mettre au point des traitements modificateurs de la maladie dans le traitement de la maladie d’Alzheimer tardive, aucune n’a encore montré d’efficacité chez l’homme. Cependant, la longue latence entre les changements neuronaux initiaux et l’apparition des symptômes, la capacité d’identifier les patients à risque sur la base des antécédents familiaux et des marqueurs génétiques, ainsi que l’émergence de biomarqueurs de la maladie préclinique pour la maladie suggèrent que des interventions précoces réduisant le risque pourraient diminuer l’incidence, retarder ou prévenir la MA. 


Dans cette revue, nous discutons de six mécanismes – la dérégulation du métabolisme du glucose, l’inflammation, le stress oxydatif, la libération de facteur trophique, la charge amyloïde et la toxicité calcique – impliqués dans la pathogenèse de la MA qui offrent des cibles prometteuses pour des interventions réduisant les risques. 

En outre, nous proposons un plan directeur pour un programme de réduction du risque de MA multi-modalité pouvant être mis en œuvre cliniquement avec l’état actuel des connaissances. Une réduction ciblée des risques visant des facteurs pathologiques particuliers peut transformer la MA en un trouble évitable dans certains cas. »  (1)

La MA commence 20 à 30 ans avant l’apparition des symptômes de perte de mémoire.

PATHOGENESE

La MA est-elle une maladie héréditaire?

La MA commence 20 à 30 ans avant l’apparition des symptômes de perte de mémoire.

Non. Dans les rares cas de maladie d’Alzheimer à un stade précoce, il existe des preuves d’un héritage. Dans 9 cas de maladie d’Alzheimer sur 10, il n’ya absolument aucune composante héréditaire ou familiale. Au lieu de cela, il se développe très lentement au cours des décennies, ce qui offre une opportunité d’intervenir pour déterminer les facteurs de risque qui sont à l’origine et pour effectuer une intervention.

Le hypo-métabolisme dans le cerveau conduisant à un déclin cognitif


L’hypométabolisme signifie qu’il y a moins d’absorption de glucose dans le cerveau. Les patients en phase de déclin cognitif ont un métabolisme hypo-fonctionnel.


Selon l’Ayurveda, nous examinons tout ce qui peut réduire la circulation dans les Srotas (Rasavaha, Raktavaha et Majjavaha). Ama est le principal coupable.


L’hypothèse vasculaire


Cette hypothèse s’applique à la DA tardive (et non à la DA précoce). Si vous compromettez la circulation dans le cerveau, vous obtiendrez toujours un déficit neurologique. Il existe une hypoperfusion chronique, c’est-à-dire que le cerveau reçoit moins de sang. Entre 22 et 60 ans, il y a une diminution d’environ 20% du sang qui circule dans le cerveau. Pourquoi alors? Paradoxalement, à mesure que nous vieillissons, nous constatons généralement une augmentation de notre tension artérielle. On pourrait donc penser que cela devrait augmenter la perfusion cérébrale et non la diminuer… Mais c’est parce que les modifications vasculaires se produisent aux niveaux macroscopique et microscopique.


Problème macrosvasculaire: L’artère carotide (celle dans le cou qui fournit le sang à la tête) est la plus grande partie du sang qui s’achemine vers le cerveau. Il existe une relation linéaire entre ce que nous appelons l’épaisseur intima-média, les couches de l’artère et le déclin de la fonction cognitive. Pourquoi linéaire? Nous avons un mécanisme d’autorégulation qui passe d’un problème exponentiel à un problème linéaire. C’est comme si vous mettiez partiellement votre pouce sur l’extrémité d’un tuyau en marche pour accélérer la pulvérisation d’eau. Ce processus entraîne une pression artérielle systolique plus élevée, entraînant des problèmes microvasculaires.


Problème microvasculaire: La compensation automatique de l’organisme pour la maladie macrovasculaire (augmentation de la pression artérielle) peut en réalité être une des causes des dommages de la maladie microvasculaire. Vous poussez maintenant avec une pression artérielle plus élevée dans les capillaires, ce qui soumet les parois endothéliales à des pressions mécaniques pour lesquelles elles n’avaient pas été conçues. Ensuite, les plaquettes commencent à se coaguler et collent aux parois endothéliales, ce qui compromet une partie de la microcirculation. C’est pourquoi il est préférable de réduire votre tension artérielle en contrôlant votre tension artérielle élevée. Même si vous essayez de compenser la diminution de l’approvisionnement en sang.


« La santé du cœur, et la circulation artérielle en particulier, est très étroiteme nt liée à la santé du cerveau. Donc, quoi que vous fassiez qui améliore la santé cardiovasculaire aidera également le cerveau. »


La relation entre les mitochondries, la cytochrom

e c oxydase et la maladie d’Alzheimer


L’épidémiologie montre qu’il n’ya pas de lien plus étroit avec la maladie d’Alzheimer (ou cardiovasculaire) que l’âge. . . mais après l’âge, la diminution de l’activité de la cytochrome c oxydase dans le cerveau des patients atteints de MA est également associée au déclin cognitif.


Pourquoi la cytochrome c oxydase est-elle importante? C’est l’enzyme qui est responsable de la consommation d’oxygène au niveau cellulaire. Aussi appelé complexe IV dans la chaîne de transport d’électrons. Par conséquent, sans cytochrome c oxydase, les mitochondries ont du mal à créer de l’ATP (énergie).


Mitochondries: Comment crée-t-on de l’énergie? Le but de manger est de convertir l’énergie chimique d’une forme à une autre. Pour ce faire, vous avez besoin d’un processus intermédiaire qui doit transformer l’énergie chimique stockée dans les aliments en énergie électrique, ce qui facilite ensuite la reconversion en énergie chimique. C’est la clé de la vie et c’est ce que font les mitochondries.


« Chaque organisme de la planète qui utilise l’oxygène pour obtenir de l’énergie repose sur la cytochrome c oxydase, également appelée complexe IV dans la chaîne de transfert d’électrons (ETC). »

Résumer l’hypothèse vasculaire:

  1. Ce que nous avons, ce sont des problèmes d’approvisionnement en oxygène qui arrivent au cerveau et c’est cette demande énergétique élevée.

  2. L’hypothèse vasculaire de la démence n’est pas une exclusion, car vous pouvez avoir des lésions toxiques affectant les mitochondries qui feront quelque chose de similaire à ces agressions cardiovasculaires.

  3. En d’autres termes, ils vont également conduire à une diminution de la cytochrome oxydase et à votre incapacité à utiliser l’oxygène pour générer de l’énergie.

  4. L’hypothèse vasculaire de la démence laisse également place à d’autres insultes cérébrales qui vont se refléter à ce niveau, et c’est seulement à ce niveau-là qu’elles, à cause de cette demande énergétique, de cette vulnérabilité à laquelle vous avez échappé , que cela va alors conduire à un déclin cognitif.

Principaux facteurs de risque de MA, de traumatisme crânien et d’autres formes de démence

  1. Hypertension artérielle

  2. Athérosclérose

  3. Traumatisme généralisé au cerveau

(Les informations ci-dessus proviennent principalement de ce podcast).


La médecine contemporaine s’oriente progressivement vers une approche plus intégrée typique de l’Ayurveda.

FIGURE 2 | Effets d’une approche polythérapeutique sur les mécanismes de la MA. Les interventions (suppléments, gestion du stress, engagement social et sens du but, exercice, régime alimentaire, sommeil, THS, AINS) réduisent collectivement (texte rouge) et stimulent (texte vert) les facteurs qui influencent la génération et la clairance des bêta-amyloïdes, le métabolisme central de l’insuline et du glucose , transmission neuronale et neurogenèse.

Les flèches vertes et rouges indiquent qu’un facteur augmente ou diminue un autre, respectivement. L’induction antioxydante réduit le stress cellulaire, empêchant ainsi la transmission neuronale réduite et la génération AB améliorée et l’apoptose. Les facteurs amyloïdogènes augmentent la production d’AB tandis que la clairance amyloïde médiée par le facteur de croissance (par exemple IGF) réduit l’AB. ACH améliore la transmission neuronale.

La santé métabolique et les facteurs de transport du glucose empêchent un état hypoinsulinémique et hypométabolique central qui empêche l’apoptose. Les facteurs de croissance stimulent la neurogenèse. Li: lithium; DHA: acide docosahexaénoïque; EPA: acide eicosapentaénoïque; THS: hormonothérapie substitutive; AINS: anti-inflammatoires non stéroïdiens; T: testostérone; E: œstrogène; ROS: espèces réactives de l’oxygène; TBARS: substances réactives à l’acide thiobarbiturique; IL: interleukine; AGE: produits finaux de glycation avancés; IDE: enzyme dégradant l’insuline; SOD: superoxyde dismutase; PDH: pyruvate déshydrogénase; GLUT1: transporteur de glucose 1; VEGF: facteur de croissance endothélial vasculaire; BDNF: facteur neurotrophique dérivé du cerveau; GDNF: facteur neurotrophique dérivé des cellules gliales; IGF: facteur de croissance analogue à l’insuline.


Six mécanismes systémiques et neurologiques primaires ont été décrits – dysrégulation du métabolisme du glucose, inflammation, stress oxydatif, libération de facteurs trophiques, charge amyloïde et toxicité calcique – et sont associés au risque de MA, les rendant susceptibles de jouer un rôle important dans la pathogenèse de la MA.


Bien qu’un examen complet des mécanismes potentiels, y compris les effets pléotropiques de certaines interventions (par exemple, les statines, les flavanols, le jeûne intermittent et l’engagement cognitif) dépasse le cadre de cet examen, la gestion qui cible ces mécanismes peut réduire considérablement le risque de MA tardive et / ou retarder ou éventuellement prévenir la maladie.


En clinique, ces composantes du milieu systémique devraient être au centre de la prévention de la MA avec l’ajout de thérapies plus ciblées pour des facteurs de risque spécifiques. Alors que nous attendons les résultats des essais en cours pour les agents préventifs anti-amyloïdes, la pathogenèse de la MA s’étend probablement bien au-delà de l’amyloïde. Une approche multimodale ciblant les mécanismes complexes et connexes décrits ci-dessus sera cruciale pour la réduction des risques.


D’un point de vue clinique pratique, cette stratégie d’intervention intégrée et fondée sur des données probantes, fondée sur la science translationnelle et des données probantes d’études observationnelles, cible simultanément plusieurs facteurs de risque modifiables, potentiellement bénéfiques pour la santé du cerveau et du corps (Smith et Yaffe, 2014; Norton et al., 2014 ; Galvin, 2017).


Des études antérieures ont utilisé des modèles de risque attribuables à la population pour estimer qu’une personne atteinte de MA sur trois aurait pu éviter la maladie grâce à une multitude d’interventions (Norton et al., 2014). Il y a amplement de temps pour les individus à risque de faire un certain nombre de changements de style de vie vers la prévention primaire et secondaire (pré-symptomatique) de la MA.

En fait, une étude a projeté l’effet de cette réduction des facteurs de risque sur la prévalence de la MA; il a constaté que même une réduction modeste (10–25%) de sept facteurs de risque (T2D, hypertension de la quarantaine, obésité de la quarantaine, tabagisme, dépression, inactivité cognitive ou faible niveau de scolarité et inactivité physique) pourrait potentiellement prévenir jusqu’à 1,1–3,0 millions de cas de MA dans le monde (Barnes et Yaffe, 2011).


Bien que nous nous attendions à ce que le maintien d’un milieu systémique sain produise des dividendes dans la réduction du risque de MA et une intervention précoce, la meilleure approche pourrait être plus nuancée et modifierait le schéma de prévention en fonction de la génétique, des biomarqueurs et du mode de vie de l’individu (Schelke et al., 2016).


L’approche dé fi nitive de la médecine clinique de précision pour la réduction du risque de MA reste à être formalisée, mais les fondements de l’intervention impliquent probablement de traiter les mécanismes décrits dans cette revue. D’un point de vue clinique pratique, cette approche serait applicable aux dizaines de millions de patients dans le monde à risque ou déjà en phase précoce de pré-démence pré-symptomatique (stade 1) et légèrement symptomatique (stade 2) de la MA.


En fin de compte, la MA peut représenter une étape finale de multiples processus pathologiques; l’identification et le ciblage simultanés de ces processus permettront d’obtenir des résultats tangibles dans l’effort pour réduire les risques et améliorer les résultats pour les patients.

PREVENTION


Quelles sont les cinq mesures pouvant être prises pour réduire le risque de maladie d’Alzheimer aujourd’hui? (selon Richard Isaacson)

  1. L’education – Savoir, c’est pouvoir: se renseigner sur la santé du cerveau

  2. Connaissez et gérez vos chiffres

  3. L’exercice physique

  4. Optimisez votre nutrition

  5. Gérez votre sommeil et votre stress

1 | Éducation

  1. Changements graduels que vous apportez maintenant à 30, 40, 50 (plus tôt sera le mieux) et tout au long de la vie – en savoir plus sur la santé du cerveau – car vous pouvez faire certaines choses.

  2. Visitez le site Web de Richard: Alzheimer’s Universe (en anglais seulement).

2 | Connaître et gérer vos chiffres

  1. Quelle est votre tension artérielle?

  2. Quel est ton pouls?

  3. Quel est votre poids?

  4. Quelles sont vos lipoprotéines?

  5. Quel est votre taux de sucre dans le sang?

  6. Quelle est votre graisse corporelle?

  7. Quelle est votre masse musculaire?

Tout savoir sur vous:

  1. Contrôlez les lipoprotéines, le diabète et la tension artérielle

  2. Essai d’intervention systémique sur la pression sanguine systolique (SPRINT) Mémoire et cognition IN Une diminution de l’hypertension (SPRINT MIND) suggère que le contrôle agressif de la pression artérielle pourrait réduire le risque de troubles cognitifs («Les résultats suggèrent qu’une réduction intensive de la pression artérielle pourrait réduire le risque de troubles cognitifs légers [ MCI] et le risque combiné de MCI et de démence, mais pas de démence seule »)

3 | Exercice

  1. La seule chose qu’une personne puisse faire maintenant si elle a de l’amyloïde dans son cerveau pour la réduire, ou ralentir l’accumulation, est de faire de l’exercice régulièrement.

  2. Mélangez votre exercice entre aérobic et anaérobie

  3. Soulever des poids

  4. Évitez de rester assis pendant de longues périodes