Les jeunes – « Time Restricted Feeding »

« L’alimentation restreinte dans le temps (TRF) est une forme de jeûne intermittente qui implique une période de jeûne quotidienne plus longue. Des études préliminaires indiquent que les TRF améliorent la santé cardiométabolique chez les rongeurs et les humains. Ici, nous avons effectué la première étude pour déterminer comment le TRF affecte l’expression des gènes, les hormones circulantes et les schémas diurnes des facteurs de risque cardiométaboliques chez l’homme. Onze adultes en surpoids ont participé à une étude croisée randomisée de 4 jours dans laquelle ils mangeaient entre 8h00 et 14h00 (début du TRF (eTRF)) et entre 8h00 et 20h00 (calendrier de contrôle). Les participants ont été soumis à une surveillance continue de la glycémie et une prise de sang a été réalisée pour évaluer les facteurs de risque cardiométaboliques, les hormones et l’expression des gènes dans les cellules du sang total. Par rapport au schéma de contrôle, le facteur eTRF a diminué les taux de glucose moyens sur 24 heures de 4 ± 1 mg / dl (p = 0,0003) et les écarts glycémiques de 12 ± 3 mg / dl (p = 0,001). Le matin avant le petit-déjeuner, eTRF augmentait les cétones, le cholestérol et l’expression du gène de réponse au stress et du vieillissement, SIRT1, et du gène d’autophagie, LC3A (tous p <0,04), tandis qu’en soirée, il augmentait généralement le facteur neurotropique dérivé du cerveau ( BNDF; p = 0,10) et a également augmenté l’expression de MTOR (p = 0,007), une protéine majeure de détection des nutriments qui régule la croissance cellulaire. eTRF a également modifié les schémas diurnes du cortisol et l’expression de plusieurs gènes de l’horloge circadienne (p <0,05). eTRF améliore la glycémie sur 24 heures, modifie le métabolisme des lipides et l’expression du gène de l’horloge circadienne. Il peut également augmenter l’autophagie et avoir des effets anti-vieillissement sur les humains.

Ensemble, nos données suggèrent que le eTRF améliore plusieurs aspects de la santé par le biais de mécanismes circadiens et liés au jeûne. eTRF améliore le contrôle glycémique en abaissant la glycémie sur 24 heures, en réduisant les excursions glycémiques et, éventuellement, en améliorant la signalisation de l’insuline. Il est important de noter que certaines de ces améliorations des excursions glycémiques peuvent être motivées non seulement par une alimentation plus tôt dans la journée, mais également par un court intervalle entre les repas, ce qui suggère que les interventions TRF avec des intervalles plus longs entre les repas peuvent être moins efficaces pour améliorer les taux de glucose. Nous avons également constaté que le eTRF modifie les schémas diurnes des gènes de cholestérol, de cétones, de cortisol et d’horloge circadienne à jeun; en particulier, il augmente modestement les taux de cétones le matin et améliore l’amplitude du rythme du cortisol. Enfin, l’eTRF affecte favorablement les hormones et les gènes liés à la longévité et à l’autophagie tels que BDNF, SIRT1 et LC3A. Ces résultats importants démontrent que l’eTRF améliore la santé cardiométabolique, modifie les rythmes diurnes et peut avoir des effets anti-vieillissement. Des recherches supplémentaires sur les humains sont nécessaires pour reproduire et étendre ces résultats. »

Un document sur l’alimentation restreinte dans le temps (TRF) a récemment attiré mon attention. Cette étude a examiné ce qu’ils ont appelé le «premier TRF» (eTRF). Comme son nom l’indique, eTRF fait référence au décalage de la fenêtre d’alimentation plus tôt dans la journée. Dans cette étude, les participants relativement en bonne santé (c’est-à-dire non diabétiques) ont été soumis à un régime alimentaire leur permettant de manger entre 8 h et 14 h chaque jour, dans le cadre d’une étude croisée randomisée de 4 jours. L’horaire de contrôle était une fenêtre d’alimentation entre 8 h et 20 h. Ainsi, eTRF était un protocole 18/6, alors que le contrôle était un 12/12.

L’étude était bien contrôlée: l’intervention et le témoin prenaient les mêmes trois repas chaque jour, les repas du eTRF commençant à 8h, 11h et 14h, tandis que les témoins étaient nourris à 8h, 14h et 20h. (Aucun détail fourni sur le régime actuel, mis à part la composition en macronutriments composée de 50% de glucides, 35% de matières grasses et de 15% de protéines, conçu pour répondre aux besoins en énergie du maintien du poids.) Les participants portaient des glucomètres en continu à compter du troisième jour l’étude jusqu’au matin du jour 5. (Pourquoi les participants ne pouvaient-ils pas porter de GMC pendant toute la durée de l’étude – 4 jours d’eTRF + ~ 4 semaines de lavage + 4 jours d’alimentation témoin – était une question que je me posais en lisant ce papier.)

L’un des grands avantages de l’utilisation des CGM dans les études réside dans le fait que nous avons maintenant une fenêtre sur l’évolution de la glycémie à tout moment, en particulier la nuit et pendant le sommeil. Généralement, la plupart des études ne rapportent que quelques instantanés de la glycémie à jeun le matin, pendant le traitement initial et le suivi. Les CGM vous donnent le film, et ce film ressemble beaucoup à celui que je vois moi-même et mes patients (ceux qui sont prêts à porter du CGM) depuis quelques années.

Le groupe eTRF présentait une glycémie inférieure à 24 heures, ce qui n’en disait qu’une partie. Il n’y avait pas de différence significative entre eTRF et le témoin lorsque les participants étaient réveillés, mais eTRF abaissait la glycémie moyenne pendant le sommeil. Les excursions de glucose, quelque chose que je harpe un peu sur, ont également été réduites pendant eTRF. Les niveaux d’insuline étaient également significativement plus bas dans eTRF que chez les témoins.

En ce qui concerne le cortisol, le facteur eTRF tend à augmenter les taux de cortisol le matin et à les diminuer la nuit (tendance idéale), ce qui suggère une amélioration du rythme circadien et peut expliquer la baisse des taux de glucose dans ce groupe. Mais j’aurais aimé que les enquêteurs considèrent le cortisol libre dans l’urine plutôt que dans le sang comme un contrôle ponctuel. Ce dernier donne une image vraiment incomplète alors prenez ces résultats avec un grain de sel.

Ce qui a surpris les enquêteurs, étant donné que quatre jours seulement d’intervention était nécessaire, eTRF induisait «d’importants changements dans l’expression des gènes de l’horloge circadienne», car 6 des 8 gènes circadiens testés étaient affectés. En particulier, le matin avant le petit déjeuner, eTRF (c’est-à-dire à la fin d’une période de jeûne de 18 heures) a augmenté à la fois le gène SIRT1 et le gène LC3A de l’autophagie par rapport au témoin.

L’étude a couvert beaucoup plus que ce que j’ai mentionné ci-dessus, et gardez à l’esprit que ce n’est pas sans limites, en particulier, c’est petit et court – c’est malheureusement l’échange d’études très rigoureuses sur le régime alimentaire. Néanmoins, c’est intriguant pour plusieurs raisons (qui, certes, vont dans le sens de la confirmation de mes partis pris):

Éviter de manger pendant plusieurs heures (dans ce cas, plus de 8 heures) avant de se coucher peut aider à réduire le taux de cortisol et de glucose pendant la nuit (et éventuellement la qualité du sommeil).

Le groupe eTRF a présenté des taux de glucose, d’excursion de glucose et d’insuline inférieurs. Ils ont également montré une expression accrue dans le gène LC3A de l’autophagie, ce qui suggère une autophagie accrue.

Le gène SIRT1 a également été régulé positivement dans la matinée pendant eTRF (si vous voulez en savoir plus sur l’importance des sirtuines, écoutez mon entretien avec David Sinclair)

Ce qui précède est particulièrement intéressant car le eTRF et le témoin ont tous deux consommé la même quantité, le même type et le même nombre de repas chacun des 4 jours de l’étude. Il existe certaines limitations sociales évidentes du eTRF mis en œuvre dans cette étude. Si votre dernier repas est à 14 heures, vous apportez probablement beaucoup de changements dans la vie! Mes observations suggèrent que le fait de ne pas manger plusieurs heures avant d’aller au lit améliore la glycémie et le sommeil pendant la nuit. Mais quelle différence verrions-nous si le groupe eTRF prenait ses repas entre 11 heures et 17 heures? Ce protocole est un comprimé facile à avaler pour la plupart des gens, mais la question qui se pose est de savoir dans quelle mesure cette pilule est moins efficace (ou plus) efficace par rapport à une heure du dîner à 14 heures. Bien que cette étude comporte plusieurs limites, j’aimerais voir ce groupe s’améliorer par rapport à celui-ci et explorer différentes fenêtres d’alimentation afin de voir s’il existe une fenêtre optimale d’alimentation (et de jeûne) pour la TRF.

#blog

  • Facebook
  • Instagram

PARTAGEANT L'AYURVÉDA DEPUIS 2003

Lieu-dit Gardoussel et Laquet, 30940 St Andre de Valborgne, France

 

tel : 09 64 28 32 71 / 06 43 06 24 22

 

Copyright © 2011-2020   Alex Duncan | SIRET 45227817900026