Où est la place des fondements spirituels de l'Ayurvéda pour toi ?



J'ai récemment écrit un article sur la sortie de l'isolement pendant la pandémie COVID-19. Il contenait quelques notions provocantes autour de la spiritualité et de la pensée magique (entre autres). Une de mes anciennes étudiantes m'a écrit pour me faire part de ses observations et me poser une question :

«Salut Alex, J'ai lu ton message sur le groupe et tu parles de la pensée magique. Je me suis sentie interpellée, car je venais juste de te transmettre ce texte sur l'astrologie. Je suis surprise de voir que la science est la seule mesure de vérité pour toi. Je me demande où est la place des fondements spirituels de l'Ayurvéda pour toi ? Namaste.»


ATTENTION ! VOUS RISQUEZ DE TROUVER LA RÉPONSE DÉRANGEANTE !


De plus, veuillez noter que j'utilise un logiciel de traduction pour m'aider à écrire plus rapidement. Je relis la traduction et corrige les erreurs principales. Mais tout ce truc de "vous/tu" me fait perdre la tête. Veuillez donc m'excuser si c'est la mauvaise étiquette grammaticale qui est en cause. Chaque fois que je dis "vous", lisez "tu" !

SUR L'ÉVEIL / L'ILLUMINATION / LA SPIRITUALITÉ


Il y a beaucoup de choses dans mon expérience que j'ai gardées privées toutes ces années, ne partageant qu'avec quelques amis d'étudiants qui pourraient éventuellement comprendre.


Lao Tseu a commencé le Tao Te Ching en avertissant que "le Tao qui peut être parlé n'est pas le Tao éternel", mais il a immédiatement suivi son propre avertissement en consacrant 81 autres chapitres à parler du Tao, je me pardonne donc d'avance d'essayer de parler ici de l'indicible.


Mais Lao avait raison. Lorsque le réveil se produit, il n'arrive à personne. Cela arrive, c'est tout. Mais que se passe-t-il ? Soudain, quelque chose qui était considéré comme "moi" - appelez-le l'ego si vous voulez - est reconnu pour ce qu'il est vraiment : rien de plus qu'une façon habituelle de recevoir et de traiter des données sensorielles qui se concentre sur une interprétation particulière, tout en excluant toutes les autres interprétations. Par analogie, vous interprétez en ce moment un tas de points lumineux sur un écran comme s'il s'agissait de mots. Vous pouvez voir les points de cette façon, mais vous n'êtes pas obligé de le faire. Cette illusion peut passer dès que vous le souhaitez. Tout ce dont vous avez besoin est une loupe ou une copie de Photoshop.


Souvent, le début de la conscience spirituelle est comparé au réveil d'un rêve,

Deux moines zen se rencontrent sur la route. 


"Où es-tu, mon frère ?" demande le premier. 


"Je suis à l'endroit où rien ne change jamais", répond le premier. 


"Mais je pensais que tout changeait toujours.”


"Oui, ça ne change jamais non plus."


L'éveil ne se termine jamais. L'éveil est un processus, pas une destination. L'éveil n'est pas un aboutissement, mais un flux, une dissolution de l'illusion moment par moment. L'éveil n'est pas un nouveau point de vue, mais la dissolution à chaque instant de tout point de vue habituel ou de toute identité.

Qu'est-ce que la non-dualité ? Qu'est-ce que c'est que d'être dans un état d'éveil ? L'expérience est indescriptible de toute façon, alors je ne vais même pas la tenter. Si j'essayais, ce serait comme essayer d'expliquer une blague. Vous pourriez essayer de rire un peu, mais ce ne serait pas un vrai rire. Je ne vais donc pas décrire, mais plutôt souligner certaines choses que l'éveil n'est pas.


Je suis peut-être un anticonformiste naturel et un sceptique confirmé qui aime remettre en question tout ce qui est "spirituel". Mais d'après ce que je vois dans mon travail de professeur d'Ayurveda, j'ai une bonne raison pour cet exercice de "neti, neti" (pas ceci, pas cela).


Je suis aussi probablement un pragmatique naturel (un défenseur de l'approche qui évalue les théories ou les croyances en fonction du succès de leur application pratique), c'est-à-dire que j'aime que les choses soient démontrables, c'est-à-dire que chaque fois que les "spiritualités" font une quelconque affirmation sur la façon dont les choses pourraient se dérouler dans le domaine public de la réalité objective, ces affirmations devraient être démontrables et soumises à l'examen des sciences objectives.


Beaucoup de mes collègues me font part de besoins spirituels que ni la religion ni la philosophie ne semblent pouvoir satisfaire. Certains de mes clients n'ont pas trouvé grand-chose dans la vie ordinaire qui vaille la peine d'être poursuivi, et aspirent à quelque chose de "spirituel".


Malheureusement, il y a ceux qui manipulent la faim spirituelle pour leur propre bénéfice. Qu'ils recherchent sciemment l'argent, le pouvoir et la gloire, ou qu'ils soient simplement perdus dans leurs rêves, ces soi-disant "enseignants" deviennent souvent des hypnotiseurs de sagesse, et quel que soit le motif, le chercheur est toujours la victime. Ce genre de charlatanisme n'est pas propre au métier de professeur de spiritualité, bien entendu. Les thérapeutes sont également très curieux. Néanmoins, l'enseignement spirituel dégénère si facilement en une théologie bidon, ou en une absurdité aberrante. Je suis un anticonformiste, donc si vous êtes quelqu'un qui a un chien dans ce combat, vous pourriez utiliser la souris dès maintenant et commencer à lire autre chose !


Si vous êtes toujours avec moi, voici quelques unes des choses que je dis que l'éveil n'est pas :

L'ÉVEIL N'EST PAS :


1. Ce n'est pas une religion, et n'a rien à voir avec "Dieu / Dieux"


Dieu, en tant qu'idée, est une création de l'ego. Lorsqu'il est éveillé, cela est facilement visible. Quant à la religion "non religieuse", le bouddhisme, ses sutras sont censés être utilisés de la même manière qu'une épine est utilisée pour enlever une autre épine de votre pied. Lorsque vous enlevez l'épine en question, vous les jetez toutes les deux.


Il ne s'agit pas non plus de "foi", qui n'est qu'un autre mot, plus agréable à entendre, pour désigner la "crédulité". Le Bouddha lui-même (Bouddha signifie "éveillé") a conseillé que personne ne prenne rien sur la foi, ni parce qu'elle a été prononcée par une autorité quelconque.


2. Cela n'a rien à voir avec la magie, la pseudo-science ou le rejet de la logique scientifique.


Si vous aimez jouer avec l'astrologie, les agroglyphes, la guérison par la foi, le dessein intelligent, etc., vous êtes aussi hypnotisé qu'un être humain peut l'être, et vous disposez d'une matière inépuisable pour vous maintenir ainsi aussi longtemps que vous le souhaitez.

3. Cela n'a rien à voir avec les expériences mystiques comme cette fois dans la salle de méditation où vous avez "fusionné avec le tout".


Les expériences mystiques sont produites facilement par un certain nombre de techniques. Une semaine de silence et de jeûne engendrera de nombreux états modifiés, tout comme tourner en rond, manger un champignon à la psilocybine, chanter des mantras ou s'asseoir dans une cuve d'isolement. Mais tout cela n'a rien à voir avec le fait de voir les choses telles qu'elles sont.


4. L'éveil ne vient d'aucune sorte de "pratique".


Les procédures telles que la prière, les chants, la méditation, etc. ne font que donner à l'ego (votre Ahamkara psychologique) plus de travail à faire afin de retarder l'éveil - retarder la vision de l'illusion de l'ego. Peut-être qu'une méditation traditionnelle vous calmera suffisamment pour que vous puissiez remarquer vos pensées, mais une fois que cela se produit, toute autre "assise" devient, selon mon expérience, un projet de plus pour renforcer l'ego, et non pas pour voir à travers lui.

Un étudiant fait étalage de sa bonne volonté devant son professeur en restant assis pendant des heures sans bouger. Finalement, le professeur ne peut plus supporter de regarder cette performance. Il ramasse un carreau de sol qui s'est détaché et commence à le polir. 

"Que faites-vous, maître ?" demande l'élève. 

"Eh bien", répond le professeur, "Je fabrique un miroir.” 

"Mais vous ne pourrez jamais polir ce carreau pour en faire un miroir", dit l'élève. 

"C'est vrai", répond le professeur, "Et vous ne deviendrez jamais non plus un Bouddha assis par terre de cette façon."


Ce que je peux vous recommander - et ce n'est pas vraiment une "pratique" - c'est de rester calme intérieurement. Vous n'avez pas besoin de vous asseoir dans un ashram. Vous pouvez être tranquille au milieu de Grand Central Station. Cessez de vous accrocher à vos points de vue, opinions, jugements, désirs, goûts et aversions, espoirs et craintes habituels. Laissez tout ce bruit s'éloigner, puis voyez à quel point le "moi" est vide et sans forme. Lorsque vous voyez cela, vous êtes réveillé.


5. Awakening does not mean suddenly knowing all the answers to every question, gaining extrasensory powers, or the ability to manifest any desire just by wishing for it. 


Tout cela n'est qu'un conte de fées, du genre que les bouddhistes appellent "donner des feuilles jaunes à une enfant pour l'empêcher de pleurer pour de l'or". Une personne éveillée n'est pas un "dieu", et certainement pas omnipotent ni omniscient. Mais ce qui est cool, c'est qu'une fois éveillé, on ne veut même pas de réponses aux questions ni de pouvoirs surnaturels non plus. J'aime bien raconter cette histoire :


L'empereur du pays central entend des rapports et des rumeurs concernant un maître zen qui vit à une grande distance de la capitale. Cet homme est largement vénéré pour la profondeur de sa sagesse et l'étendue de sa compréhension. Cherchant la réponse à sa question ésotérique la plus brûlante, l'empereur fait convoquer le vieil homme, et lorsqu'il arrive à la cour, il commence à l'interroger :

"On nous dit que tu es un grand maître du zen, un maître zen", commence l’empereur. Le vieil homme s'incline.

"Eh bien, si vous êtes un si grand maître zen, dites-moi ceci", ordonne l'empereur. "Que se passe-t-il quand tu meurs ?"

"Je suis désolé, Sire", répond le vieil homme, "Je ne peux pas dire ce qui se passe quand vous mourrez. Je suis peut-être un maître zen, mais je ne suis pas un maître zen mort".

6. L'éveil n'est pas, ou peut ne pas être, ce que vous pensez.

Comme beaucoup d'entre nous, j'avais entendu parler et lu sur l'éveil, et j'avais mes idées sur ce que serait l'éveil. Certaines de ces idées étaient alimentées par les fantasmes bizarres des livres, et d'autres n'étaient que le fruit de ma propre imagination sauvage et romantique. Toutes étaient fausses. Elles étaient tellement fausses, en fait, que lorsque je me suis réveillé (je préfère appeler cela "rentrer à la maison"), c'était comme une gigantesque plaisanterie sur moi. C'est tellement simple ! J'étais là depuis le début, mais je ne l'ai pas vu ! On ne peut pas l'expliquer, et il n'y a pas de "comment". Ce n'est qu'en se réveillant soi-même que l'on comprend vraiment les paroles de l'éveillé. Paradoxal, n'est-ce pas ? On ne comprend les mots que lorsqu'on n'en a plus besoin pour quoi que ce soit.

" La vérité est une terre sans chemin " - Krishnamurti

7. L'éveil ne concerne pas ce que vous faites ou ne faites pas.


Il ne s'agit pas des vêtements que vous portez, de ce que vous mangez, de ce que vous faites pour vivre, si vous préférez le football ou l'opéra. Rien de tout cela. Il ne s'agit même pas de faire le bien, de sauver la planète ou d'être une personne sympathique. Cela ne veut pas dire qu'une fois réveillé, vous ne travaillerez pas pour sauver les baleines, ou quoi que ce soit que vous pourriez très bien faire, ou ne pas faire. Cela signifie simplement que ce que vous faites ou ne faites pas se produit parce que c'est ce qui se produit, et non parce que "vous" le faites.


Pour beaucoup de gens, dont certains de mes étudiants, cela semble être le plus grand obstacle à l'éveil. D'une certaine manière, on veut s'éveiller. Quelque chose en nous veut vraiment la liberté, la santé mentale et l'amour inconditionnel. Mais nous craignons que si mon "moi" disparaît, tout ce à quoi je tiens le plus sera perdu : mes relations, mes objectifs, mes intérêts, mon intellect, ma bonne réputation, mon travail, mon argent, ma maîtrise de soi, etc. Et, en effet, une partie de tout cela pourrait être perdue. Mais tout amour véritable dans sa vie (je ne parle pas d'attachement, ni d'habitude, mais d'amour véritable, que ce soit pour un être humain ou pour toute autre chose) ne disparaît pas au réveil, mais s'exprime d'autant mieux qu'on est maintenant libre, pour la première fois vraiment, d'aimer sans réserve.

8. L'éveil ne se fera pas en lisant le livre suivant ou en assistant au satsang suivant.


Vous vous réveillez MAINTENANT, non pas en ajoutant ou en changeant quoi que ce soit, mais simplement chaque fois que l'ego est perçu comme une apparence (certains utilisent le terme d'illusion pour un peu plus de punch !), tout comme vous pouvez maintenant voir ces mots apparents à l'écran comme un tas de pixels que vous avez inconsciemment transformés en mots par habitude, et parce que vous aimez lire. Pour rester dans cette analogie, si vous continuez maintenant à lire les mots tout en sachant et en vous souvenant que votre écran n'est en réalité qu'une grille de points, vous vous éveillerez à la réalité de votre écran d'ordinateur.


9. L'éveil n'est pas une question de sagesse, pas même la "sagesse pérenne".


Les concepts de sagesse peuvent être utiles pour naviguer dans les vicissitudes de la vie ordinaire, pour maîtriser la douleur et la perte, tout ce genre de choses. Entendre les paroles des maîtres peut même susciter le goût d'une prise de conscience plus profonde, mais tout comme "le bien est l'ennemi du parfait", en savoir trop intellectuellement peut être hypnotique en soi, et on peut passer toute une vie à apprendre des préceptes. Il vaut mieux remarquer que ce que vous savez n'est pas grand-chose, et que vous (l'aspect égoïste de votre personne) n'êtes pas du tout sage, mais plutôt sacrément stupide.


10. Cette liste est loin d'être complète, mais je terminerai ici par un dernier point. Le réveil ne vous apportera rien !

Si l'éveil vous apportait quelque chose, ce ne serait pas du tout l'éveil, mais simplement le même vieux rêve de devenir et d'obtenir. En vous réveillant, vous n'aurez pas l'impression d'avoir atteint ou gagné quelque chose. La vie continuera comme elle l'a toujours fait.

Avant le réveil, couper du bois et transporter de l'eau

Après le réveil, couper du bois et porter de l'eau


La vie se déroule simplement comme elle doit se dérouler. Krishnamurti a appelé cette "conscience sans choix". Bons mots. Le monde semble très semblable à ce qu'il était auparavant, mais vous découvrez que vous voyez les choses comme elles sont, et non comme l'ego souhaite qu'elles soient.


Vous vous sentirez probablement vide et seul, tout en ne ressentant aucune séparation entre "moi-même" et quoi que ce soit d'autre. Étrangement, cela ne semblera pas être un paradoxe, mais simplement la vérité.

Si vous êtes l'un de ceux qui cherchent à s'éclairer parce que vous imaginez une sorte de plaisir presque insupportable (comme un orgasme soutenu, ou une vie avec les anges au ciel, ou le pouvoir d'obtenir tout ce que vous désirez, ou de connaître les secrets de l'univers), vous voudrez faire abstraction de mes paroles, et c'est normal. Mais si vous pensez que ce qui précède pourrait vraiment concerner quelque chose, permettez-moi de l'étayer par quelques mots du plus célèbre des éveillés, le Bouddha lui-même. Mais avant de citer Siddhartha Gautama, je dois dire un dernier mot. Je ne cite pas Gautama parce que je le considère comme une autorité, mais parce que vous le faites, ou si vous ne le faites pas, vous avez immédiatement compris tout ce que je viens d'écrire, et vous n'avez pas eu besoin de le lire en premier lieu. Lorsque vous serez réveillé, vous saurez sans aucun doute que vous et le Bouddha êtes exactement les mêmes. Vous et le Dalaï Lama êtes exactement les mêmes. Vous et votre gourou préféré êtes les mêmes. Aucune différence essentielle. Et aucune différence essentielle entre vous et le sans-abri ivre assis dans le caniveau non plus. Voir la différence là où il n'y en a pas, c'est exactement ce qui crée les barreaux de la prison appelée "moi-même".

Subuhti a dit au Bouddha : "Homme d'honneur du monde, quand tu as atteint une illumination parfaite et sans précédent, est-il vrai que rien n'a été atteint ?"


"C'est vrai, Subhuti. C'est vrai. Je n'ai rien pu atteindre dans une illumination parfaite et sans précédent. C'est pourquoi on l'appelle l'illumination parfaite sans précédent."


- le Sutra du Diamant


Quand je dis que je me trouve éveillé (chez soi / résidant en soi), je veux dire que je ne me réfugie pas dans des explications, ni physiques ni métaphysiques ("tout arrive pour une raison"), mais que, dans la mesure du possible pour moi, je suis présent à chaque moment de la vie, avant les raisons, les théories, les commentaires ou les justifications. Je veux dire la vie telle qu'elle est en ce moment, avant d'entendre les explications, qui doivent être loin d'expliquer vraiment quoi que ce soit, quoi qu'elles disent.

Cette présence exige souvent de ressentir des émotions que les autres considèrent comme "négatives", et donc d'essayer de les éviter. Je ne dis pas que je ne me laisse jamais aller à l'évasion - j'aime les livres, les films, la musique, le sexe, la nourriture, etc. Je veux dire que je ne suis attaché à aucune structure de justification globale telle que la politique, le patriotisme ou la religion, ni à aucun système philosophique qui prétend donner un "sens" à une vie qui se termine probablement par une extinction personnelle complète. Je vis simplement avec une conscience de soi sans essayer de lui donner un sens. Il est certain qu'une partie de moi, que j'appellerai "le chercheur" ou "le penseur", aime réfléchir, résoudre des problèmes, etc. Dans le passé, cette partie de moi était très engagée dans la recherche d'un moyen de contourner les spiritualités. Cette réflexion conduit naturellement à faire des choses, et à ressentir des choses, ce qui stimule le penseur à continuer. Il continue, tout seul. De nos jours, le penseur est moins intéressé par l'illumination et plus par d'autres aspects de la vie.


Je n'ai pas créé cette situation, et je n'ai aucun moyen de la "résoudre". Aucun autre être humain, passé ou présent, n'offre de moyen de la résoudre. Cela inclut Jésus, le Bouddha et tous les autres prétendus héros de l'humanité. La conscience de soi plus la mortalité, je dis, égale le paradoxe qui ne disparaîtra pas, peu importe qui vous pensez être.